vendredi 5 juin 2009

Pourquoi faut-il manger de la viande

N.B. : J'invite le lecteur à lire ce texte en ayant en tête qu'il s'agit d'un point de vue que j'avais au moment de créer cette entrée en 2009 et non d'une recherche scientifique. Les termes employés sont provoquant et le ton cinglant. Je vous invite à lire ma nouvelle entrée afin d'obtenir un autre point de vue (ainsi qu'un lien sur une conférence intéressante).

Je suis un omnivore, mes dents le prouvent, mon corps digère aisément la matière animale, mon système en retire d'ailleurs plus de nutriments que ceux des fruits, des légumes et des grains. J'accepte cette réalité biologique de mon corps, je m'y soumets totalement, car depuis que l’homme est homme, l'homme chasse et mange ses proies. Nos plus proches cousins, les signes, sont également omnivores. Le cochon, dont nous partageons 97% du bagage génétique (mais malheureusement pas la faculté d'avoir des orgasmes de trente minutes), est également un omnivore.

Ensuite, je crois personnellement que l'ensemble du monde est omnivore, bien qu'il n'existe aucune statistique fiable qui puisse appuyer ces dires. D'après certains sondages dans des pays occidentaux, on retrouve entre 0,2% et 6% de végétariens, dont 33 à 50% seraient qualifiés de végétaliens, aux États-Unis à tout le moins. Dans les pays où nous avons le choix de manger ce que nous voulons, car nous ne sommes pas assujettis à des contraintes budgétaires importantes, nous mangeons abondamment de la viande. 97% des Canadiens mangent de la viande au moins occasionnellement, 99% consomment des œufs et/ou des produits laitiers.

Pour qualifier le terme végétarien, nous devons en établir les préceptes de base : personne qui ne consomme aucune forme d'animaux, tels des fruits de mer, des poissons, de la volaille et des viandes rouges. Il existe également les ovo-lacto-végétariens, qui peuvent manger des œufs ainsi que des produits laitiers. Tous les autres, sans exception, sont soit des pseudovégétariens ou des omnivores qui ont une préférence pour les menus composés de végétaux. Ceux qui se qualifient de végétariens totalisent une plus grande partie du pourcentage de la population, mais il existe trop de variation pour les qualifier. On peut donc supposer que pour qu'une si petite partie de la population suive des principes dogmatiques, c'est qu'elle est marginale. La proportion de végétaliens est également encore plus marginale, elle doit rejoindre le nombre d'électeurs en faveur d'un parti communiste canadien et j'ai bien l'impression qu'on pourrait trouver une corrélation intéressante si on s'amusait à faire des statistiques.

Certaines personnes deviennent végétariennes pour perdre du poids, mais c'est souvent une tentative vouée à l'échec. Ceci est d'ailleurs cocasse si on considère que la nutrition végétarienne peut amener une mauvaise absorption des protéines et elle peut entrainer une très mauvaise répartition du poids dans le corps. S'il est vrai que les végétaliens ont souvent un poids plus adéquat, ils doivent absolument prendre des suppléments vitaminiques ou faire des concessions pour rester en vie : leur diète ne leur permet pas d'avoir la vitamine B12, essentielle à la vie humaine. Ils achèteront donc des produits enrichis de vitamine B12 ou encore, ils consommeront des suppléments alimentaires, ce qui est un peu contre ce côté « naturel ». De même, les végétariens ont à faire très attention à leur nutrition, une chose qui n'est pas absolument indispensable pour survivre avec un régime de nature omnivore. Les femmes enceintes doivent particulièrement faire attention, notamment pour la carence en fer.

Maintenant, je vais parler d'une chose que la plupart des végétariens stricts ne peuvent pas comprendre : l'hédonisme. Tous les moments dédiés aux repas sont pour moi une source de plaisir et aucune concession ne devrait m'empêcher de manger ce que je désire gouter (sauf peut-être les espèces protégées). Quelle frustration que d'aller dans un restaurant et de voir si je peux y trouver trois miettes de pain pour me sustenter, ou encore de faire des kilomètres pour trouver un restaurant qui a un menu assez varié. Encore d'autres frustrations lorsque je serais invité chez un ami, dans ma famille, chez une charmante demoiselle qui aurait préparé un savoureux plat mijoté avec amour pendant des dizaines d'heures (voire des jours) pour lui dire « désolé, je ne peux pas manger ça, je suis végétarien ».

Je ne parlerais pas pendant des heures avec mon boucher de ses découvertes, de ses nouveautés, de l'amour qu'il a pour son travail, qui se perpétue de génération en génération. Je serais constamment frustré : plus que deux ou trois sortes de poutines pour moi à la Banquise, finies les joies d'un barbecue qui uni l'ensemble des convives au milieu de viandes qui cuisent agréablement et où tout le monde partage ensemble. Adieu les longues marinades, les types de cuisson, la chasse et la pêche, activités viriles par excellence, qui réconcilient l'homme avec sa nature profonde.

La conclusion de ma longue recherche pour vaincre l'argumentaire végétarien se traduit donc par les conclusions suivantes :

Oui, il est possible d'être végétarien et d'être en santé, mais il faut faire des concessions

Les végétariens cherchent à manger de la viande : ils utilisent des substituts de bouillon de poulet, des substituts de gélatine et de fausses viandes en tout genre. S'il est vrai qu'ils y parviennent parfois, il est nécessaire de rappeler qu'il s'agit de substituts et non de produits réels, qui sont toujours bien meilleurs.

Les végétariens doivent toujours faire attention à avoir une alimentation très variée et à avoir des notions de nutritions s'ils veulent survivre, alors que n'importe quel omnivore peut vivre selon ses goûts et convenances.

Voici quelques questions pour les réactionnaires de gauche qui cherchent à éliminer des traditions millénaires qui ont permis la procréation de la vie dans toutes les régions du monde (elles sont tirées et librement traduites de ce site) :

Des milliers de kilomètres de terre ne sont pas propices à cultiver des aliments, mais où les animaux peuvent y vivre. En arrêtant l'élevage de ces animaux, laissant pour morts des milliers de personnes qui dépendent de cette viande pour vivre. Est-ce qu'il fait sens d'élever des animaux là où l'agriculture ne peut survive ?

Un animal vivant sur 1 acre de terrain qu'on tue et où le terrain n'est pas cultivé, il s'agit d'une mort. Un acre de terre cultivée pour l'agriculture élimine beaucoup de vie sauvage, mais est-ce positif d'empêcher la vie sauvage de suivre son cours ?

Est-ce la viande qui cause des problèmes de santé ou la manière dont la viande est élevée?

Les ovo-lacto-végétariens, de par leur consommation, appuient la mise à mort des coqs et des veaux mâles. Ce faisant, vous contribuez donc au marché de la viande (merci).

Notion épicurienne importante : moi je peux abondamment profiter des bienfaits de la cuisine végétarienne, car je l'apprécie et je ne m'en prive pas, mais eux se privent d'un monde en refusant de gouter à toutes les splendeurs que je peux faire avec de la viande. Je serais même prêt à dire que quiconque goûterait à mon bœuf à l'italienne, à mes côtes-levées à la japonaise ou à mes rouleaux impériaux pourrait dès lors dire adieu à ses convictions végétariennes pour le peu que ses papilles gustatives soient bien développées.

Sur ce, je vous laisse avec une citation de chandail que j'ai trouvée bien amusante : « Save a melon. Eat a vegetarian ».

20 commentaires:

Angélique Soleil Lavoie a dit...

À se répéter : les yahoo answer NE SE SONT PAS une source sûre et fiable, surtout quand les sites sources ne sont pas cités. (Surtout avec des énoncés vagues comme : Les dents des humains sont faites pour être carnivores.)

Je pourrais toujours te servir un contre-argument comme on en retrouve ailleurs, dans d'autres sites pro-végétariens :
on n'a pas de griffes, pas de crocs pour tuer. Notre dentition, bien que mixte, ressemble davantage à celle d'un herbivore (4 canines bien menues contre le reste pour de l'herbe?)

On a besoin de manger de la viande cuite pour la digérer, contrairement aux autres carnivores.

Notre tube digestif est trop court pour manger de la viande. Ça cause des troubles et des pet.Sauf que tout ça ça vient d'observation de vieux naturalistes.

(Genre, des fumistes comme Darwin :
"Le classement des formes, des fonctions organiques et des régimes a montré d'une façon évidente que la nourriture normale de l'homme est végétale comme les anthropoïdes et les singes, que nos canines sont moins développées que les leurs et que nous ne sommes pas destinés à concourir avec les bêtes sauvages ou les animaux carnivores." Sauf que cité dans des sites pro-végétariens : quelle est l'utilité?)

La comparaison de la dentition singe/homme relève que bon, déjà, on a moins de dents, mais qu'on a une dentition omnivore, pas carnivore. Mais quand on dit omnivore, faut s'entendre. Les singes tombent dans la viande seulement quand il ne reste plus de fruits. Paraît-il, dit wiki.
Semblerait que les singes aiment surtout manger des insectes et des cervelles d'oiseaux, aussi.

Bon, bref, des dents omnivores, je pourrais concéder. Mais pas carnivores.

Oscar a dit...

LVG, essaie pas de convaincre les végans de manger de la viande, ils son brainwashés.

La seule raison pourquoi ton bortsch au veau a réussi à me reconvertir à l'omnivorisme, c'est parce que je n'étais plus un végétarien convaincu.

Quand l'idéologie est évacuée, on revient à notre nature : l'omnivorisme.

Le Cardinal a dit...

D'après mes propos, Angélique n'est pas végétarienne, alors je ne vois pas de quoi elle se réclame.

Scander1005 a dit...

C'est un article, qui comme le reste de ton blog, est bien rédigé et intéressant à lire! Je suis très content d'avoir enfin côtoyé un vrai blogueur.

Personnellement, j'essaye de réduire ma consommation de viande, surtout pour le coût écologique qu'elle engendre. Mais je ne l'arrête pas.

Au plaisir camarde ;-)

Angélique Soleil Lavoie a dit...

Bon, pour la physiologie, un article qui sort de ce qui semble être d'un média traditionnel et qui confirme que notre physiologie est pas mal herbivore.
http://www.huffingtonpost.com/kathy-freston/shattering-the-meat-myth_b_214390.html

Anonyme a dit...

L'aspect physiologique ne tien pas si on prend en compte différente populations comme les inuits ou les aborigènes. Si le régime alimentaire jouaient sur la physiologie alors les on peut prévoir que dans 10000 ans les humains carnivores auront des gueules de lions, les omnivores ressembleront à des sangliers, les végétariens auront des tronches de lapin et les végétaliens auront la tête et et les deux estomacs de la vache. Quel sacré déconneur ce Darwin !

Pio a dit...

Mmh, le texte parle tantôt de végétarisme, tantôt de végétalisme. En mélangeant un peu les deux. Attention aux sources anglaises qui parlent de "vegan" (pour la vitamine B12 par ex), ce qui signifie végétalien : cette carence concerne-t-elle aussi les ovo-lacto-végétariens ?...

Le Cardinal a dit...

Intéressante remarque Pio, la carence de vitamine B12 concerne, à ma connaissance, les végétaliens ou les végétariens stricts. Pour plus d'information, je vous invite à aller voir ce site :
http://www.vegetarian-nutrition.info/positions/french/b-12.htm

Camille a dit...

Cet article est assez incorrect. Tu dis que l'humain à toujours mangé de la viande, mais c'est faut car il n'a commencé à en manger qu'une fois qu'il a découvert le feu, et ça n'est pas parce que l'on fait quelque chose depuis très longtemps que ça justifie quelle se perpétue...l'esclavagisme et le sexisme existe depuis très longtemps et pourtant...
De plus tu parles de la chasse et de la pêche comme étant des activités viriles. Qu'est ce qu'est ce que la virilité vient faire là?
De plus peu importe que nous ayons une physiologie omnivore ou végétalienne, c'est nous qui choisissons ce que nous mangeons. Il y a des êtres humains qui sont cannibales. Tu va leur dire de manger ce qu'ils veulent car ils sont hédonistes?
De plus ont peut être hédoniste et être végétalien: perso je suis végétalienne et me régale de plein de plats mijotés par ma moitié! Et lorsque je vais dans un restaurant vg je peux choisir tout ce dont j'ai envie.
Et nous n'avons pas besoin ni l'envie de nous nourrir de quoi que ce soit qui ressemble à de la viande!
En ce qui concerne les protéines, merci mais j'ai ma dose, par contre il est courant que des humains omnivores soient en excès de protéines (dans les pays économiquement riches)et ça c'est très néfaste pour la santé.

Cette citation "Save a melon. Eat a vegetarian", n'est pas correct puisque ça s'applique également aux omnivores...

Pour finir comment peut-on critiquer négativement des individus qui ont choisir:
-de ne pas faire souffrir
-et d'être juste avec les autres êtres humains, car il est techniquement impossible de nourrir tous les êtres humains avec de la chair animale car nous sommes beaucoup trop nombreux...
-de polluer le moins possible car maintenant nous sommes tous au courant que l'industrie de la viande correspond à 18% des émissions de gaz à effet de serre...

Pour avoir une si mauvaise opinion des végétaliens, je pense que tu as dû avoir une mauvaise expérience avec l'une ou l'un d'entre nous. Ou bien tu n'as pas encore assez réfléchis à la question et dans ce cas j'espère t'avoir un peu ouvert les yeux sur le sujet.

Une dernière chose: il y a autant d'êtres humains qu'il y a d'opinions, de façon de vivre, de penser alors ouvrons le dialogue sans se pestiférer ;)

Le Cardinal a dit...

En réponse à Camille :
1) L'homme mange de la viande depuis 2,5 millions d'années (et ce n'est pas arrivé avec le feu, qui date d'entre 40 000 à 100 000 ans) : http://news.nationalgeographic.com/news/2005/02/0218_050218_human_diet.html
http://www.dichotomistic.com/mind_readings_fire.html
1.5) La virilité : il s'agit d'une blague destinée à un de mes comparses.
2) Mon point sur l'hédonisme, c'est que je n'ai pas à faire de sacrifices pour sélectionner là où je m'approvisionne en nourriture. J'habite dans une ville de deux millions d'habitants et je ne connais pas plus de cinq restaurants végétaliens sur l'île. De plus, essayer de trouver des produits végétaliens à l'épicerie (ou encore pour se vêtir) peut ne pas être une sinécure. Je suis bien content pour vous si vous n'avez pas besoin de viande et que vous avez un régime adéquat en protéines et vitamines.
http://www.cyberpresse.ca/vivre/cuisine/restaurants/200910/16/01-912004-itineraire-vegetalien.php
3) On ne peut pas être contre la vertu, mais on peut trouver à redire à certains bien-pensants qui vous méprisent et disent de vous que vous êtes un monstre parce que vous mangez de la viande. Ayant fait parti d’un regroupement d’écologistes nommé Aliments d’ici, j’ai eu le loisir de côtoyer plusieurs personnes (végétaliennes, crudivoristes) dont le radicalisme des opinions donnait froid dans le dos.
Pour conclure : je vous dirais que mon cercle d’amis comporte de nombreux végétariens et que plusieurs de mes comparses omnivores considèrent diminuer leur empreinte écologique en consommant moins de viande. Je ne considère pas les végétariens et végétaliens comme des espèces à part et je comprends leurs convictions, que je ne partage pas toutes. Cependant, quand vient le temps pour moi de prendre parti, je suis trop curieux pour ne pas faire découvrir de nouveaux goûts à mes papilles gustatives et j’aime trop la viande pour m’en priver. De plus, je suis une personne qui aime bien partager ses passions et découvertes et je trouve dommage de devoir accommoder des convives peu enclins à faire des concessions!

Anonyme a dit...

Cardinal ,bonjour.Vous aimez trop la viande pour vous en priver.Celà veut dire que vous faites passer votre plaisir personnel avant la souffrance et la vie des animaux.

Anonyme a dit...

Ce qui me pose question dans ma consommation animale est mangerai-je autant de chair si je devais tuer moi-même ces animaux pour un repas déféquer le lendemain. Imaginons qu'une espèce extra-terrestre débarque sur terre en quête de viande et que nos proches ou nous-même serviraient à leur hédonisme. Perso, je trouverais cela affreux. Mais comme on nous a expliqué que les humains n'étaient pas arriver sur Terre comme des animaux et qu'aujourd'hui la viande est sous barquette en supermarché, c'est plus facile de céder à la tentation du goût...

Dan a dit...

Cet article d'un défenseur de la viande utilise presque tous les arguments des lobbies et de l'industrie de la viande !!! Il est regrettable de constater le nombre élevé de personnes aux cerveaux formatés à un point tel qu'elles n'ont plus la capacité de prendre du recul par rapport à des comportements et des habitudes !!!

Par exemple, le cardinal dit: "... système en retire d'ailleurs plus de nutriments ..." je suggère à Mr Cardinal de mettre à jour ses informations car il est acquis depuis quelques décennies que non seulement les quelques nutriments apportés par la viande sont largement apportés par le monde végétal mais aussi que la viande apporte par ailleurs des toxines et des déchets organiques en supplément.

Le cardinal dit "... depuis que l’homme est homme, l'homme chasse et mange ses proies..." . Encore une insuffisance d'analyse de sa part. Les premiers hommes mangeaient de la viande car elle existait en abondance, l'agriculture n'existait pas et les légumes étaient rares. Aujourd'hui, les légumes existent en abondance et on est obligé d’élever des animaux pour satisfaire nos demandes en viande. Une demande qui n'est pas génétique donc mais exclusivement historique et hautement culturelles.

Autres ineptie: "...végétariennes pour perdre du poids, mais c'est souvent une tentative vouée à l'échec...". Quand on observe les chiffres fournies par le monde médical, c'est plutôt l'inverse !!! L’obésité concerne davantage les consommateurs de viande alors que le passage vers le végétarisme amène assez vite à un équilibre. Il suffit de respecter quelques principes de nutrition.

Encore une bêtise: " ...des végétariens stricts ne peuvent pas comprendre : l'hédonisme... "
Votre compréhension de l’hédonisme Mr cardinal, n'est pas la même que celle d'un végétarien !!! De plus en plus de resto proposent des plats végétariens particulièrement succulents; les gens qui m'invitent savent préparer des plats végétariens digne de ce nom. Contrairement à ce que vous affirmez, c'est le monde végétal qui "... réconcilient l'homme avec sa nature profonde".

Et pour finir, la touche du prétentieux absolu: "... quiconque goûterait à mon bœuf à l'italienne, à mes côtes-levées à la japonaise ou à mes rouleaux impériaux pourrait dès lors dire adieu à ses convictions végétariennes...". Comme quoi, Mr cardinal n'a jamais eu le privilège de gouter à la gastronomie végétarienne, d’où cette vision étriquée, un enfermement dans le monde des carnivores.

Mais je comprends à quel point, il est difficile de s'extraire d'un embrigadement des papilles, de se défaire d'un formatage du goût, surtout si ce conditionnement a commencé depuis des siècles. Sachez Mr cardinal qu'il nous est possible de faire évoluer nos comportement pour sortir enfin du ... neolitique !!!

Le Cardinal a dit...

Cher Dan,
Merci de l’intérêt que vous avez porté à mon texte. Je me permets de répondre à vos propos:
Vous m’accusez, comme vous accusez d’ailleurs la majorité des êtres humains, d’avoir un cerveau formaté et d’être incapable de « prendre du recul par rapport à des comportements et des habitudes ». Peut-être n'avez-vous pas considéré le Nota Bene inscrit au début. Cela vous aurait permis de situer adéquatement le contexte de ce texte.
Vous dites : « il est acquis depuis quelques décennies que non seulement les quelques nutriments apportés par la viande sont largement apportés par le monde végétal, mais aussi que la viande apporte par ailleurs des toxines et des déchets organiques en supplément », je ne vois pas en quoi votre argumentation vient défaire la mienne. Cependant, comme vous parlez de toxines, laissez-moi vous suggérer un lien : http://lepharmachien.com/toxines/
Vous prétendez que l’on mangeait de la viande autrefois, « […]car elle existait en abondance, l'agriculture n'existait pas et les légumes étaient rares. » Ainsi, vous croyez que la demande n’est pas de nature génétique, mais historique et hautement culturelle. L’agriculture existe depuis la sédentarisation de l’homme… Selon ce que vous avancez, ne pourrait-elle pas être exclusivement historique et hautement culturelle?
Vous prétendez également que de devenir végétarien pour perdre du poids n’est pas voué à l’échec selon le monde médical. C’est tout à fait vrai… pour ceux ont développé leurs connaissances en nutrition: ces deniers sont loin de constituer la majorité des nouveaux végétariens. De plus, les végétariens n’ont pas l’apanage des principes de nutrition: ces derniers peuvent être utilisés sainement chez les omnivores comme chez les végétariens. Je vous suggère l’article suivant (en langue shakespearienne) : http://www.huffingtonpost.com/kristin-kirkpatrick-ms-rd-ld/vegetarian-diet-mistakes_b_3226388.html
Concernant ma remarque sur l’hédonisme, vous semblez ne pas en comprendre le fond: peu importe sous quel angle vous analysez la question, je pourrai toujours manger avec une plus grande diversité qu’un végétarien. En ce sens, je ne souffre d’aucune privation, outre le fait de ne pas manger d’espèces en voie de disparition (on peut être omnivore et avoir certains principes moraux). Vous semblez également croire que je n’entends rien à la cuisine végétarienne, alors que c’est une cuisine que j’adore et que j’aime explorer, j’y fais d’ailleurs plusieurs découvertes intéressantes. J’ai des amis végétariens et même végétaliens. Lorsqu’ils m’accueillent chez eux, je fais toujours honneur à leur cuisine et je copie également leurs recettes lorsque ces dernières sont dignes d’intérêt.

Vous me qualifiez de prétentieux absolu : sachez Dan qu’à mon sens, il n’y a de mal à être prétentieux que lorsque vous êtes incapable d’être à la hauteur de vos prétentions. Tous ceux qui se sont régalés de mes plats sont de mon avis!
Finalement, vous pensez que je suis embrigadé, que mes papilles sont à jamais écartées du monde des saveurs délicates et des relents succulents des plats végétariens. Or j'aime et j'apprécie tandis que les végétariens ne peuvent pas apprécier l'intégralité de la cuisine.
En guise de conclusion, je me permettrai de porter un jugement sur votre personne basé sur votre commentaire : vous me semblez être une personne ayant en elle beaucoup de colère et ressentant un besoin impératif de s’exprimer. Vous portez des jugements à l’emporte-pièce avec une argumentation déficiente, en plus de ne pas toujours être en lien avec les propos évoqués. Je vous souhaite sincèrement d’arriver à refréner votre agressivité ainsi qu’à développer vos capacités d’écoute, d’empathie et de respect d’autrui pour arriver à établir un dialogue sain et constructif avec des personnes ne partageant pas votre opinion.

Gonzalez Nathalie a dit...

La souffrance des animaux et la pollution engendrée par l'industrie de la viande sont deux arguments suffisants: il faut 20kg de céréales pour produire 1kg de viande. Mais nous pouvons vivre en harmonie ensemble. Je suis végétarienne mais mon mari, mes enfants et la plupart de mes amis mangent des animaux. Nous nous aimons quand même.

sachan 2 a dit...

"Nous nous aimons quand même".

voilà une phrase de nathalie GONSALEZ qui est bizarre car votre mari est en désaccord avec vous sur l'alimentation et ne l'approuve pas sinon il l'aurait adoptée.Vous acceptez que votre mari fasse souffrir et tuer des animaux pour son plaisir personnel mais celà ne m'étonne pas car une végétarienne fait souffrir et tuer des animaux avec son végétarisme .Alors il n'y a rien d'étonnant sur le fait que vous supportez l'omnivorisme de votre mari!!!

SACHAN 2 a dit...

LE CARDINAL bonjour
Vous n'avez aucune excuse pour justifier votre alimentation omnivore.La question primordiale n'est pas des savoir si l'homme est omnivore ou pas mais elle de savoir si c'est nécessaire de faire souffrir et tuer des etre sensible alors que l'homme à une conscience et qu'il n'apas besoin de viande pour vivre.Les végétaliens prennent pour la plupart de la vitamine b12en complément de leur alimentation car avec l'ère industrielle elle est devenue rare dans la nature et les animaux d'élevage sont suppémentés en vitamine B12eux aussi pour la meme raison .Si vous trouvez normal de faire souffrir et tuer des animaux pour avoir votre apport en vitamine B12 au lieu cultiver des bactéries qui permet d'avoir de la vitamine B12 pour les végétaliens et bien je préfère la deuxième solution qui est plus humaine!!!Mais on a très bien compris vos valeurs humaines!Vous faites passer en premier votre plaisir gustatif personnel avant la souffrance et la vie des animaux.Si vous mangez de la viande parceque vous considèrez que l'on est omnivores alors je vous rappel que l''on est aussi des bipèdes et donc je vous invite à ne plus prendre de moyen de transports et de vous déplacer qu'en marchant Ainsi vous serez en conformité jusqu'au bout avec votre état de nature au meme titre que l'omnivorisme que vous préconisez comme étant naturel pour l'humain.Le tigre est mangeur d'homme si l'un d'eux (affamé) vous attaquerait pour vous manger "accepteriez-vous" Bien sur que non!!!


SACHAN 2 a dit...

ANOMYME bonsoir
L'humain n'est pas omnivore mais adaptivore.Cà veut dire qu'il a un organisme qui peut s'adapter à différentes formes d'alimentations mais comme il a une conscience développée,il à le devoir de ne pas pas faire souffrir ni tuer pour se nourrir et ceci en prenant dans le plus bas de l'échelle alimentaire.(C'est à dire les végétaux,qui sont les produits du sol).Alors que les omnivores s'en foutent complètement et ne pensent qu'à assouvir leur plaisir gustatif sans se soucier du sort des animaux. Je parle bien sur des omnivores qui contestent le végétalisme pour justifier et préserver leur alimentation sous toutes sortes de prétextes.Quand au végétarisme cette forme d'alimentation n'est valable que si c'est pour transiter vers le végétalisme car elle fait quand meme aussi souffrir et tuer des animaux meme si c'est en moins grand nombre que l'omnivorisme.

SACHAN 2 a dit...

lA PLUPART DES ANIMAUX HERBIVORES ont des canines .Le cheval en a dans sa dentition.De plus le gorille qui n'est pas omnivore à des canines impressionnantes.Mais le détail le plus important en (anatomie comparée) c'est que l'humain à un intestin qui fait 3mètres de plus que celui de l'ours qui est lui un parfait omnivore.Ce qui veut dire que notre transit intestinal est bien plus long que celui de l'ours qui est souvent évoqué comme étant un parfait model omnivore.Cet animal peut d'ailleurs vivre parfaitement sans manger de viande.Quand à l'animal le plus proche de l'homme c'est le bonobo et il n'est pas omnivore.Mais la question la plus importante est de savoir si on a besoin de viande pour vivre et etre en bonne santé et la réponse est "non".

Le Cardinal a dit...

Bonjour Sachan,

Merci de l'intérêt que vous portez à mon texte. Laissez-moi vous souligner que votre radicalisme fait froid dans le dos!

Vous allez jusqu'à condamner une végétarienne parce qu'elle n'adhère pas entièrement à vos principes! J'ose espérer que vous faites preuve de plus d'empathie dans d'autres sphères de votre vie.

Je trouve que votre comparaison entre être omnivore et être un bipède est exagérée : vous, si vous tuez une fourmi en vous déplaçant, cela vous condamne à ne plus vous déplacer, pour demeurer en accord avec vos valeurs.

Quant au tigre, il ne me demandera certainement pas ma permission avant de me dévorer tout rond... il en va du même principe lorsqu'un chat tue un oiseau!

Je vous invite à faire preuve d'une plus grande modération dans vos opinions si vous souhaitez que ces dernières soient considérées. Pour l'instant, vous avez l'air d'un extrémiste et cela entache sérieusement votre crédibilité.